Impact de l’apport de fourrages déshydratés sur la teneur en acide alpha-linolénique du lait d’hiver

Nos publications

en recherche et développement

En tant que partenaire privilégié des grands intervenants de la nutrition animale, les axes de recherches sont réalisés à travers de nombreux partenariats français et étrangers avec des centres de recherches (instituts, écoles, centres techniques de nos clients) et organismes de développement.

Nous nous appuyons sur des réseaux de compétence en agronomie, nutrition animale, optimisation des process.

Participants : I.N.R.A., Désialis

Objectif

Le profil d’acides gras du lait peut être influencé par l’alimentation des vaches laitières en production. La luzerne déshydratée, comme les fourrages verts, est une source non négligeable d’acide gras pour les herbivores et notamment d’acide a-linolénique (Morel et al, 2006). Les références actuelles donnent des teneurs en acide ?-linolénique dans la luzerne déshydratée variant de 4,1 g/kg (Sauvant et al, 2002) à 14,8 g/kg (Dewhurst et Coulmier 2004). Le travail présenté ici a pour objectif d’évaluer l’impact sur le profil en acide gras (AG), et notamment en AG oméga 3 et oméga 6, du lait de vaches ayant ingéré des fourrages déshydratés et en particulier de la luzerne déshydratée dans leur ration hivernale.

Conclusion

Ces analyses mettent en évidence qu’en hiver les fourrages déshydratés (dont la luzerne) permettent d’améliorer la teneur en acide ?-linolénique de la matière grasse du lait. Leur incorporation dans la ration permet de réduire le rapport AG oméga 6 /AG oméga 3, en accord avec les Apports Nutritionnels Conseillés, qui le recommandent à 5 (Martin, 2001).

Pour voir la synthèse cliquez-ici.

Pour voir le poster cliquez-ici.